Outils personnels
User menu

Lieu

De Ancestris Logiciel Gratuit de Généalogie.

Information Retour à la page Vue. Retour à la page Plugin


Dans un fichier généalogique Gedcom, un lieu est une propriété indiquant un endroit physique associé à un événement, autrement dit, un site géographique, généralement pourvu d'une adresse postale et susceptible de recevoir des coordonnées (latitude et longitude).

Dans la norme Gedcom, le lieu est associé au tag PLAC.

La valeur (ou : le contenu) de chaque lieu (autrement dit, l'information qui suit le tag PLAC) se présente sous la forme d'une chaîne d'éléments alphanumériques séparés par des virgules.

Exemple de lieu (tag suivi de sa valeur) :

PLAC ,Lorient,56121,56100,Morbihan,Bretagne,France
  • À la lecture de cet exemple, on voit que le contenu d'un lieu ressemble beaucoup à une adresse postale.


Une information Attention !
La présente page traite du lieu d'un événement (au sens Gedcom du terme), et pas du lieu de stockage, qui relève d'un concept différent.



Sommaire

Juridiction

Dans un fichier Gedcom, une juridiction (ou critère de lieu) est un élément constitutif d'un lieu.

Il s'agit plus précisément d'un champ, avec le sens que l'on donne à ce mot dans un formulaire ou une base de données. Ce champ est associée à une valeur (un contenu), mais également à un degré (un rang, un niveau).

Les différentes juridictions d'un lieu sont organisées de façon linéaire, et chacune d'elles relève d'un type différent. On peut donc définir un lieu comme une succession de types de juridictions.

  • Par exemple, les mots ville, département, pays, etc. désignent chacun un type de juridiction.


Ordonnancement des juridictions

L'ordonnancement des différents types de juridictions d'un même lieu est le reflet de leur importance administrative.

  • Par exemple, une région est hiérarchiquement située au-dessous d'un pays ou d'un État, mais au-dessus d'une ville ou d'un village, etc.

Selon le degré hiérarchique associé, on peut dire qu'un type de juridiction donné contient le type de juridiction de niveau inférieur, et est englobé dans le type de juridiction de niveau supérieur.

  • Par exemple, une région est englobée dans un pays ou dans un État, mais englobe une ville ou un village, etc.

Dans un lieu, le classement des différentes juridictions est toujours croissant : la mise en ordre est donc effectuée de la plus petite (à gauche) à la plus grande (à droite).

Ce mode de classement évite d'avoir à mentionner le degré de juridiction. Il est par exemple inutile d'écrire juridiction de premier degré, juridiction de deuxième degré, juridiction de troisième degré, etc., puisque dans un lieu, le degré de tel ou tel type de juridiction est indiqué par la place qui lui est assignée.


Usage de la virgule

Dans le code d'un fichier Gedcom, la virgule est l'élément séparateur permettant de distinguer les différents types de juridictions d'un même lieu.

Conformément à la théorie de la borne et de l'intervalle, le nombre de juridictions est toujours égal au nombre de virgules plus une unité. C'est ainsi que six virgules suffisent pour encadrer sept emplacements dédiés à autant de types de juridictions :

  • La juridiction n° 1 se trouve donc à gauche de la première virgule,
  • La juridiction n° 2 se trouve donc entre la première et la deuxième virgule,
  • La juridiction n° 3, se trouve donc entre la deuxième et la troisième virgule, etc.
  • La dernière juridiction se trouve donc à droite de la dernière virgule.

Un type de juridiction peut ne pas être renseigné (par exemple, on peut ignorer le lieu-dit d'un lieu, ou encore, son code INSEE), mais il est impératif que toutes les virgules soient présentes. C'est ainsi que, par exemple, en l'absence du lieu-dit et du code INSEE, le lieu de Lorient, cité plus haut, pourra revêtir la forme suivante :

PLAC ,Lorient,,56100,Morbihan,Bretagne,France
  • La virgule initiale, ainsi que les deux virgules qui se succèdent indiquent les emplacements des deux types de juridictions non renseignés (le lieu-dit et le code INSEE).

Il est vivement déconseillé d'ajouter quoi que ce soit à la virgule, et surtout pas le moindre espace.

  • Par exemple, la ville de La Rochelle conserve son blanc entre La et Rochelle, mais n'en reçoit aucun autre, ni avant le l majuscule, ni après le e final.
  • Pour faciliter la lecture, les différentes vues d'Ancestris (notamment les éditeurs) peuvent afficher des espaces dans le contenu des lieux (notamment après chaque virgule, conformément aux usages typographiques), mais le fichier Gedcom, lui, n'accepte aucun blanc de part et d'autre de ces virgules.


Contenu d'une juridiction

La correspondance entre le degré de juridiction et la nomenclature du type (par exemple, la correspondance entre juridiction de 7e degré et Pays) n'est jamais indiquée dans l'intitulé du lieu.

Cette correspondance doit donc être établie à l'intérieur du fichier Gedcom, pour tous les lieux et toutes les entités de la généalogie. Exemple :

  • La juridiction n° 1 correspond au Lieu-dit,
  • La juridiction n° 2 correspond à la Commune,
  • La juridiction n° 3 correspond au Code_INSEE, etc.

Ce sont les lignes suivantes de l'en-tête (HEAD) du fichier Gedcom qui indiqueront cette correspondance :

1 PLAC
2 FORM Lieudit,Commune,Code,Département,Région,Pays

La fenêtre Modification des critères de lieux est le reflet graphique de ces indications.

Pour résumer, une juridiction véhicule trois informations :

  • Le degré (le rang, le niveau) qu'elle occupe dans la hiérarchie :
    • Exemple : juridiction de deuxième degré ;
  • La nomenclature du type de juridiction dont elle relève (soit : le nom du champ) :
    • Exemple : Commune ;
  • La valeur qui lui est attribuée dans ce lieu (soit : le contenu du champ) :
    • Exemple : Lorient.

Sur ces trois informations, seule la troisième est explicitement notée dans le contenu du lieu.


Modification du format de lieu

La fenêtre Modification des critères de lieux permet, d'une part d'ajouter ou de supprimer un type de juridiction au format du lieu, d'autre part de modifier l'ordre des différents types de juridictions, et ce pour tous les lieux et toutes les entités du fichier de généalogie.

Cette fenêtre est disponible à partir de l'éditeur Gedcom, clic droit sur une ligne PLAC, Menu contextuel, commande Modification des critères de lieux.

Bien entendu, on peut parvenir au même résultat en éditant le fichier Gedcom et en ajoutant ou en modifiant les lignes 1 PLAC et 2 FORM de l'en-tête.

Panneau attention.svg Attention ! Quel que soit le procédé utilisé, la modification du format de lieu n'est pas un traitement anodin, surtout si le fichier de généalogie contient des centaines de lieux déjà enregistrés.

En effet, toute intervention dans cette fenêtre ne changera rien à ces derniers : la seule solution sera alors de corriger un par un tous les lieux saisis avant cette modification !


Modification d'un lieu

Pour modifier un lieu (pour rectifier l'orthographe d'une juridiction, par exemple), il est recommandé d'utiliser l'éditeur Gedcom.


Autres pages traitant du lieu

Pour plus de détails sur les lieux saisis dans la généalogie, consulter les pages suivantes.



  • Éditeur de lieux : éditeur permettant la modification des juridictions et des coordonnées des différents lieux de la généalogie.


  • Liste des lieux : vue affichant une liste permettant de vérifier que les lieux de la généalogie ont été correctement saisis.


  • Table des lieux : vue affichant les différents lieux saisis dans une généalogie, en vue d'une consultation ou d'une modification.



  • Dernière modification de cette page le 17 juillet 2019 à 15:00.
  • Cette page a été consultée 3 021 fois.